Marion Pianos
Marion Pianos
MENU ▼

Restauration ou achat de piano neuf ?

Que faire de ce vieux piano auquel on est attaché pour diverses raisons, mais qui se dégrade lentement sans fonctionner vraiment ? Faut-il le changer pour un neuf ou bien le restaurer ? Le meuble est joli et la sonorité intime et profonde, on irait même jusqu’à dire… inimitable…à croire que l’on ne sait plus fabriquer des instruments avec autant de charme…

… Encore la querelle des anciens et des modernes !... et une nouvelle fois la même réponse si l’on veut être objectif : il existe, dans les deux cas, le meilleur comme le pire !

Il y a eu dans le passé beaucoup de pianos très mauvais de son et de fabrication, mais il reste, après sélection, de merveilleux instruments fabriqués depuis le XIXème siècle et de très belle facture (Pleyel, Erard, Bechstein, Steinway & Sons, Blüthner, Ibach, Bösendorfer, Schiedmayer …).

Par ailleurs, il y a d’excellents et remarquables pianos neufs, pour peu qu’on mette le prix et qu’on s’adresse à des marques (celles citées ci-dessus, auxquelles on peut rajouter Fazioli, Steingraeber&Söhne, Mason & Hamelin, Yamaha pour la série de prestige…), riches d’expérience et/ou aux références sûres.

Il est vrai qu’il n’y a presque plus de très mauvais pianos sur le plan de la fabrication, mais beaucoup d’instruments ordinaires, banalisés, standardisés et qui sont tout juste bons à l’étude digitale.
Une étude basée sur de multiples essais permet d’affirmer qu’il n’y a pas de « miracles » ou « moutons à cinq pattes » en la matière et que prix et réputation sont rarement usurpés.

Bien entendu, vous trouverez toujours un marchand qui vous proposera des pianos neufs au prix plus alléchant que celui de la réparation que l’on vous propose. Mais qu’en est-il de la qualité ?
En règle générale, si un technicien estime que la restauration est justifiée, c’est que le piano est certainement de qualité, puisqu’il est tenu d’y apposer une garantie dont la durée excède souvent celle de pianos neufs.

La décision définitive est en générale celle du cœur, guidée par l’attachement que vous avez avec votre instrument, l’usage que vous voulez en faire, et ce qui vous fait d’avantage vibrer !
Je m’engage, en tant que technicienne, amoureuse de mon métier, à vous conseiller afin que, quel que soit votre choix, vous ne le regrettiez pas !